Non classé

Un peu d’histoire…
C’est en 1768 que le premier filon de kaolin est découvert dans le Limousin. Une découverte faite par un chirurgien, Jean-Baptiste Darnet. Une argile activement recherchée en France pour la fabrication de porcelaine dure par la Manufacture de Sèvres. Car « la première porcelaine de Limoges a été fabriquée en 1771  » rappelle Nicole Delage, présidente de l’association Marcognac Terre de Porcelaine.

35 carrières sur 25 kilomètres

C’est donc bien la découverte d’argile dans la région qui a lancé la fabrication de céramiques à Limoges. L’argile devient alors la matière première la plus demandée à cette époque. « Au 19ème siècle, il y avait sur une zone allant du Chalard à Coussac-Bonneval, soit 25 kilomètres, 35 carrières » précise Nicole Delage. Avec parfois une cinquantaine d’ouvriers qui travaillent dans les carrièresà la pelle et à la pioche, la région est très prometteuse. Le travail se fait souvent grâce à des femmes courageuses qui sont chargées de remonter dans des paniers en osier sur leur tête les pierres extraites dans les carrières. Puis de trier et gratter les impuretés de chaque pierre. A la Faïencerie de Charolles, nous utilisons de l’argile qui vient de France dans la région de Limoges. C’est pour sa qualité exceptionnelle et parce qu’elle vient de France que nous avons choisi cette terre.
Mélangée à de l’eau on obtient un alliage nommé « barbotine ». Très liquide, elle est parfaite pour être coulée dans les moules en plâtre qui ont été fabriqués à la main par notre mouliste. C’est un réel savoir-faire français du travail des mains. L’argile une fois cuite prend sa couleur blanche pure et uniforme. Ce qui rend douce l’atmosphère de l’atelier.

Le terme « céramique » (produit en céramique) désigne en règle générale des matériaux inorganiques (pouvant avoir un certain contenu organique), transformés de façon permanente par cuisson. Les céramiques peuvent être vernissées ou mates, poreuses ou vitrifiées. Les propriétés caractéristiques des céramiques sont leur grande résistance mécanique, leur résistance à l’usure et leur longévité ; chimiquement inertes, elles sont non toxiques, résistent à la chaleur et au feu, et ont généralement des propriétés isolantes et parfois aussi une porosité spécifique. Les matières premières à base d’argile se trouvent un peu partout en Europe, mais La Faïencerie de Charolles a choisi la qualité supérieure du made in France pour la réalisation de ses œuvres. La France dispose des matières premières nécessaires, ainsi que des compétences et des savoir-faire traditionnels. La première étape du process céramique concerne la préparation des argiles. Les matières premières extraites de leur carrière sont dosées, broyées puis mélangées afin de constituer une pâte argileuse apte au façonnage des produits.La fabrication des céramiques fait appel à différents types de fours et à toute une gamme de matières premières pour donner des produits pouvant revêtir diverses formes, tailles et couleurs. Le procédé général de fabrication des céramiques, quant à lui, est plutôt uniforme, en dehors du fait qu’une cuisson en plusieurs étapes est souvent requise pour la fabrication de carrelage mural ou de sol, d’articles domestiques, de sanitaires et de céramiques techniques. En général, les matières premières sont mélangées puis mises en forme par coulage, pressage ou extrusion. Un apport régulier d’eau facilite le mélange et la mise en forme. Cette eau s’évapore dans les séchoirs et les produits sont ensuite enfournés manuellement. Un savoir-faire ancestral appliqué à la lettre par les artisans de la faïencerie de Charolles, qui produisent des œuvres « fait main » dans mêmes règles de l’art que leurs prédécesseurs. La Manufacture porte haut l’héritage culturel de la faïence et redonne ses lettres de noblesse à ce métier d’art, plus vivant et plébiscité que jamais.